Archive for the ‘Sports’ Category

Lewa

1 juillet 2012

Impressionnant ce départ de course, au petit matin (7h), au beau milieu de la savane. Plus de 150 enfants de 10 à 14 ans étaient en lice pour la « fun race » des enfants, understatement tout britannique pour décrire une course de 5 kilomètres sur une piste caillouteuse, pleine de dénivellés et à 1.700 mètres d’altitude…

Les écoliers Kényans, très largement majoritaires, étaient devant au départ. Devant aussi à l’arrivée… Les 106 premiers de la course étaient tous Kényans. La jeune fille la plus rapide, interviewée par la chaîne Citizen, a même eu l’outrecuidance de trouver l’épreuve « easy ».

 Joseph, interviewé lui aussi en direct, a lui estimé que c’était « a bit hard » mais il a bien l’intention de recommencer l’année prochaine. Il a terminé 116e, en 33 minutes et Clara 124e, en 35 minutes. Belle performance pour tous les deux, au vu de leur faible entraînement.

La course des grands, elle, commençait une demi-heure plus tard. Au programme un semi-marathon ou la double boucle pour les vrais marathoniens (beaucoup moins nombreux). On a vu défiler du beau linge, des directeurs de journaux, le patron du FMI local, des businessmen en vue et… l’ambassadeur de France. 

Il faut dire que le marathon de Lewa est devenue une institution. Incroyablement bien organisé, avec plusieurs campings aménagés pour les milliers de personnes présentes, balisage soigné et sécurité carabinée en ces temps d’alertes terroristes. A l’arrivée dans la réserve, toutes les voitures étaient inspectées par des chiens renifleurs, du jamais vu ici. Avec tout ça on a même cru que William et Kate allaient participer (la rumeur enflait…)

Postée pendant quelques heures au Finish, j’ai cessé de compter les Kényans (lassant) pour contempler, fascinée, la finesse de leurs chevilles et de leurs mollets, critère déterminant paraît-il pour être un marathonien de haut vol. Le vétéran de la course avait 82 ans et un beau paquet de marathons derrière lui. Il n’a pas volé sa minute de gloire !

 

Marathon chez les lions

28 juin 2012

C’est un marathon des plus ardus et des plus périlleux: deux boucles de 21 kilomètres à quelque 1.700 mètres d’altitude, sous un soleil de plomb et au milieu des lions, hyènes et autres léopards… Samedi 30 juin au petit matin des centaines de coureurs participeront au marathon de Lewa, fondé en 2000 pour récolter des fonds afin de préserver la faune et la flore mais aussi assister les communautés du nord du Kenya.

Et nous y serons ! Au départ c’est Boris qui rêvait de courir le semi-marathon, à l’arrivée, handicapé par une coriace tendinite, il cède sa place à la jeune génération. Ce sont donc Clara et Joseph qui représenteront nos couleurs (moi je n’ai aucune excuse pour ne pas courir si ce n’est que je déteste ça…) dans une course de 5 kilomètres réservée aux enfants de plus de 10 ans.

Départ demain matin avec une voiture bien remplie car on va camper là-bas pendant deux nuits tous les cinq. Donc montagne de nourriture, pile de matelas mousse, pyramide de bombonnes d’eau, etc…

Lewa, c’est la plus célèbre réserve privée du Kenya. Fondée par la famille Craig dans les années 80, elle s’est spécialisée dans la sauvegarde des rhinocéros, pourchassés sans relâche par les braconniers pour leur corne, fort prisée en Asie. Aujourd’hui elle abrite 80 rhinocéros, que nous espérons bien avoir la chance d’observer après la course…

Safari Sevens

7 juin 2010



Un dimanche sous le signe du rugby
(ou du rrruby comme on dit à Toulouse en roulant le « r » et en avalant le « g », n’est-ce pas Frédérique ?). Chaque année à Nairobi se tient le Safari Sevens, un tournoi de rugby à 7 mettant aux prises les meilleurs équipes mondiales. J’ai beau être fan de ce sport depuis ma tendre enfance (contrainte et forcée par mon grand frère rugbyman), je ne connaissais pas cette variante du jeu, très populaire ici car l’équipe kényane de Rugby à 7 est l’une des meilleures au monde.

Le jeu se joue à sept donc, en deux mi-temps de sept minutes chacune. Cela semble court comme ça mais quand on voit à quel point les joueurs doivent sans arrêt galoper d’un bout à l’autre du terrain, on comprend mieux. Boris étant sur la touche (une mauvaise grippe), je me suis dévouée pour accompagner Joseph au stade. Et on s’est régalés (comme on dit à Marseille). On y a passé toute la journée, de 10h à 17h, car les matches entre les différentes poules se succédaient sans aucun temps mort. Seuls intermèdes: des danseuses kényanes qui venaient se trémousser joyeusement pour raviver l’attention du public un peu émoussée au fil des heures par les litres de bière ingurgités.

Et c'est qui là, au milieu des supporters ?


J’ai regretté
mon appareil photo (les photos qui illustrent ce post viennent toutes d’internet) mais le stade a la réputation d’être le paradis des pickpockets, je me suis donc abstenue de les tenter. Joseph et moi avons chaudement encouragé les deux équipes françaises: Grenoble et « Les Bleus », qui ont fait bonne figure même s’ils ont fini par s’incliner devant les Sud Africains et les Néo Zélandais (pas des demi-portions comme chacun sait, voyez plutôt la photo de leur « haka » plus haut:)


La finale a opposé
l’Afrique du sud au Kenya,

Sidney Ashioya marque l'essai de la victoire

devant un stade bondissant et chantant et sous une pluie si drue qu’on y voyait pas à trois mètres. Après un gros suspense et des prolongations, le Kenya, tenant du titre, l’a emporté 17 à 12.

Foot toujours…

1 février 2010

Bravo et merci à Yibus d’avoir participé à notre petit quizz footballistique. Avec un demi-succès toutefois: si les Eléphants sont bien les joueurs de Côte d’Ivoire, les Fennecs représentent quant à eux l’Algérie. Et au cas où vous auriez raté le match d’hier soir, sans surprise c’est l’Egypte qui l’a emporté face au Ghana. Il y a tout de même eu un certain suspens puisqu’ils ont marqué le seul but de la rencontre 10 mn seulement avant la fin du match !

Pharaonique !

29 janvier 2010

C’était la fiesta hier soir en Egypte après la victoire des pharaons, surnom des joueurs de l’équipe nationale. Pharaonique  donc, cette victoire de l’Egypte, qui a balayé l’Algérie 4-0 ! Moi, ce que j’aime bien dans le foot, ce n’est pas tant le jeu que les petites histoires autour. Hier, par exemple la demi-finale de la Coupe africaine des nations qui mettait aux prises l’Egypte et l’Algérie n’était pas une simple compétition sportive, non, c’était une cinglante revanche à prendre. C’est en effet l’Algérie qui a sorti l’Egypte des qualificatifs pour la Coupe du monde. Quasi shakespearien non ?

Mes journaux kenyans préférés ne sont pas très up to date aujourd’hui. Ils font leur une sur la victoire du Ghana face au Nigeria (l’autre demi-finale qui s’est jouée juste avant) car au moment du bouclage, ils ne connaissaient pas encore l’issue du second match. Enfin, si vous avez bien lu le post précédent,  le « Standard » avait bien  senti le coup avec son « Qui arrêtera l’Egypte ? ». Personne apparemment. Le Ghana, équipe fétiche du mari de Célestine, aura fort à faire dimanche, jour de la finale. Heureusement, il y a les sites internet. Je suis donc allée surfer un peu pour vous régaler d’une petite revue de presse de mon cru (j’adore lire les articles de foot dans la presse, c’est mieux que les matchs !).

Il y a par exemple, cette délicieuse perfidie du Soleil, grand quotidien sénégalais, sur l’équipe du Nigéria: « Après 2002, 2004 et 2006, les hommes de Amodu, finalistes en 2000 à domicile, doivent donc s’arrêter une nouvelle fois à ce stade du tournoi. Maintenant, ils auront tout le temps pour se dire que s’ils avaient pensé à profiter de leurs joueurs d’expérience un peu plus tôt dans cette Can pour produire un jeu plus attrayant, ils seraient à la place de leur adversaire ». Ou, plus classique, ce réquisitoire du Figaro contre l’arbitrage du match Egypte/Algérie: « La prestation de M.Koffi Kodja Bonaventure fait peine à voir (…) Ce jeudi à Benguela, le Béninois a une nouvelle fois confirmé sa réputation d’arbitre dépassé. Un penalty litigieux, un rouge infligé à Halliche suite à des réclamations égyptiennes ou encore un manque de pédagogie en fin de rencontre, décidant d’expulser Chaouchi pour une petite semelle. L’Algérie peut enrager ».

Pour finir, un petit quizz: Vous connaissez les Pharaons égyptiens et les Lions camerounais, mais qui sont les Fennecs et les Eléphants ? (trop facile pour Christophe, du service des sports de l’AFP, qui n’a pas le droit de jouer..)

African cup

27 janvier 2010

Ca a commencé par une remarque anodine de Clara, hier, à l’heure du déjeuner: c’est normal qu’il y ait un monsieur qui dorme sur notre terrasse ? Un peu interloquée, je vais voir. Effectivement, l’ouvrier venu réparer notre parquet gondolé est affalé en travers de la porte-fenêtre, dormant du sommeil du juste. A mes côtés, Célestine rigole: « en ce moment tous les hommes sont épuisés, ils regardent le football jusque tard dans la nuit ».

 La compétition du moment, c’est  la Coupe africaine des nations, très suivie par les Kenyans, même s’ils sont d’ordinaire plus passionnés par le championnat anglais (Tadju est un fan de Manchester City). Dimanche et lundi se jouaient les quarts de finale, retransmis par la chaîne publique KBC jusqu’à deux heures du matin. Quand on sait que les journées commencent très tôt ici, il y a de quoi être épuisé !

Comme pendant la Coupe du monde, ces matchs très suivis peuvent provoquer des tensions familiales. Célestine par exemple ne raterait pour rien au monde un épisode de son soap opera brésilien: « Storm over paradise » (le titre est trop beau en anglais pour que je le dénature par une bête traduction), diffusé tous les soirs à 20h05 pétantes par la chaîne privée Citizen. Coupe d’Afrique des nations ou pas. Elle a donc trouvé la parade: une toute petite télé qui lui permet de ne rien rater des derniers rebondissements de sa série préférée pendant que son mari s’enflamme pour les exploits de son  équipe favorite, celle du Ghana.

Jeudi, c’est les demi-finales. Le Ghana affrontera le Nigeria et l’Egypte l’Algérie, son grand rival, dans un match à haute tension. Pour l’instant l’Egypte, tenante du titre, fait figure de grande favorite de la compétition. En quart de finale elle a  battu les vaillants lions camerounais, 3-1, au terme d’un match acharné qui a duré plus de deux heures. Alors,  « Qui arrêtera l’Egypte ? », s’interrogeait ce matin le journal kenyan « The Standard ». L’Algérie ? Réponse jeudi soir…