Archive for the ‘Humeurs’ Category

Blogs à gogo

31 janvier 2012

Merci au lecteur ou à la lectrice anonyme qui a eu la gentillesse de penser à moi pour un concours des blogs réalisés par des personnes expatriées. J’en suis toute flattée. C’est comme aux Césars, on se fout des récompenses mais on aime bien en recevoir une quand même…

La compétition porte le nom étrange de IX12 (pour International eXchange and eXperience 2012), on dirait une mystérieuse formule d’alchimiste. Elle est organisée par un site de langues, Lexiophiles, que j’ai découvert à cette occasion.

L’objectif est d’être classé parmi les cent premiers et, si possible, pas 99ème !! La concurrence est rude, si j’en crois les blogs vainqueurs de l’édition 2011. Imaginez un peu tous ces étudiants voyageurs, d’Erasmus ou autre, ils n’ont que ça à faire eux de bloguer ! (mais non ils étudient aussi, un peu, quelquefois, mais je suis mauvaise langue…)

Donc je compte sur vous, merveilleux lecteurs subtils et dévoués (là vous sentez poindre la femme en campagne) pour voter pour MOI !

Le vote commence aujourd’hui et dure jusqu’au 12 février. Pour y prendre part  il suffit de cliquer ici et de suivre les instructions. Les blogs sont en théorie classés par ordre alphabétique, sauf le mien qui arrive juste après la lettre J (classique manoeuvre de diversion de la concurrence mais vous ne vous en laisserez pas compter…). Bon vote !

Publicités

Résolution

10 janvier 2012

Plus d’un mois sans post, un trop long silence. C’est la crise des deux ans et demi, ai-je écrit à une amie qui avait la gentillesse de regretter cette pause. Le regard perd de sa fraîcheur, on s’étonne moins ou à contre-temps, on vire monomaniaque. Je réalise ainsi que la quasi totalité de mes derniers posts étaient consacrés à la Somalie, pays certes fascinant mais où je n’ai mis que très brièvement les pieds.

J’en prends donc l’engagement solennel ici, moi dont la liste de bonnes résolutions se bornait (comme les dix années précédentes) à un vague « faire plus de sport », en 2012, JE NE NEGLIGERAI PLUS MON BLOG ! 

Et très bonne année à tous, lecteurs (trices) assidu(e)s (et même aux autres) !

Le grand bazar internet

29 avril 2010

Quand j’ai commencé à travailler comme journaliste en France, internet balbutiait, bien loin de nos frontières. C’était le temps où, pour faire des recherches, on fréquentait les bibliothèques ou on se déplaçait pour consulter un expert, la préhistoire quoi ! Désormais, le premier réflexe du journaliste qui commence à travailler sur un sujet, c’est une rapide recherche sur Google (ou tout autre moteur du même acabit). Cela donne immédiatement une idée de ce qui a déjà été écrit sur le sujet en question, permet de dénicher les experts les plus compétents ou des sources bibliographiques.

C’est aussi une formidable source d’informations quand on veut écrire la biographie d’une personnalité, délicat exercice s’il en est. Mais quelle est la valeur de toutes ces « informations » disponibles d’un simple clic ? Pour faire un petit test, je me suis amusée à taper mon nom sur Google. J’ai trouvé des réponses des plus cocasses. Un lien vers « Le blog de Marie Wolfrom » par exemple. Chouette me suis-je dis, de la pub pour mon blog ! En fait, le lien renvoie sur le site de Mediapart, auquel l’AFP est abonnée, et qui m’a dotée d’office d’un blog, vide, dont je n’ai que faire.

Il y a aussi le site « 123people » qui annonce une fascinante rubrique: « Tout ce que vous devez savoir sur Marie Wolfrom ». Serais-je donc devenue une « people » à mon insu ? Las non. Au bout du clic, une page vide. Et sur un autre site, américain, me voilà bombardée journaliste de l’AFP en poste aux Etats-Unis, avec toute une liste de collègues virtuels… Mes tentatives de rectification resteront sans effet. 

Ma petite expérience est partiellement faussée. Je suis une anonyme et non pas une personnalité en vue, dont la vie est mieux connue. Mais elle m’a donné à réfléchir. Plus je fréquente internet, plus je suis fascinée et effrayée par cet invraisemblable fouilli mêlant le vrai, le faux, le caduque, le fantaisiste voire l’intox. Un grand bazar où l’on  trouve de tout mais où il faut plus que jamais trier, vérifier et ne rien prendre pour argent comptant.