Archive for the ‘Clin d'oeil’ Category

L’Afrique au secours de la Norvège

20 novembre 2012

Je ne sais pas si vous avez vu cette vidéo très bien faite et très drôle sur une pseudo campagne de soutien de l’Afrique à la Norvège, « où les enfants gèlent ». Elle a été tournée par des étudiants norvégiens soucieux de bousculer un peu les stéréotypes.

Leur message, expliqué sur un site internet dédié: on ne voit de l’Afrique que les enfants affamés, les coups d’état militaires, les malades du sida… Et si on suivait le même raisonnement en ne montrant que des images du glacial hiver norvégien et de ses habitants frigorifiés ??

Et bien on monterait une campagne (Radi Aid !), pour envoyer couvertures et radiateurs aux Norvégiens. Sans oublier un tube de mobilisation composé et chanté par des artistes locaux !!

Publicités

Equation

9 octobre 2012

9+10+1968=2×22

Confit au camembert …

8 mai 2012

Séquence nostalgie gastronomique ce soir. C’est Joseph qui a lancé le mouvement. « Quand est-ce qu’on ira à Argentat ? », m’a -t-il demandé dans la voiture en rentrant de l’école. Pour ceux qui auraient la malchance de l’ignorer, Argentat c’est en Corrèze, et c’est là qu’habite le papa de Boris. « Ton grand-père te manque ? », lui ai-je finement répondu. « Oui et aussi les bonnes choses qu’il nous prépare, l’escalope de veau pannée, le confit de canard… », a poursuivi mon Joseph.

Arrgh !! ne JAMAIS mentionner le confit de canard, quand on vit en Afrique, si loin du moindre petit magret ! Heureusement, en prévision de ces moments douloureux, nous avions ramené quelques réserves. Alors ce soir, j’ai sacrifié notre dernière boîte de confit de canard. Bravant une énième coupure de courant, j’ai fait – délicatement s’entend – rissoler les cuisses, et sauter les patates. Nous avons dégusté le tout presque religieusement, dans le noir. Proust avait sa madeleine, nous notre confit !

Noé, un peu regardant sur la nourriture, a avalé le tout sans coup férir, prouvant par là même qu’il faisait bien partie de la famille. Et, parce que la quantité de gras absorbé défiait déjà l’entendement, nous avons persévéré dans le choc calorique avec un camembert inoui, tout juste rapporté de France par un compatriote compatissant. Un Th. Réaux (« la Tradition depuis 1930 » précise le couvercle) qui empuantissait merveilleusement mon frigidaire depuis ce matin.

Le tout arrosé d’un assez mauvais vin rouge mais bon, nécessité fait loi !

Une lionne dans les faubourgs de Nairobi

4 mai 2012

Ce qu’il y a de bien quand on vit en Afrique, c’est que même sans rien faire on peut parfois avoir l’illusion d’être de vrais aventuriers. De ces pionners qui bravaient tous les dangers pour s’installer sur des terres inconnues…

Hier par exemple, si l’on en croit cette dépêche AFP, nous avons peut-être échappé par miracle aux crocs d’un fauve assoiffé de sang. Et j’aime bien la chute, qui laisse à penser que d’autres lions rodent peut-être… Mais que cela ne vous décourage surtout pas de venir nous rendre visite !

 Une lionne rôdeuse, échappée depuis 4 mois du parc de Nairobi, est abattue
   
    NAIROBI, 3 mai 2012 (AFP) – Les autorités kényanes ont abattu jeudi une lionne qui s’était échappée du parc national de Nairobi et rôdait, avec ses quatre lionceaux, dans le voisinage du parc à une quinzaine de km du centre de la capitale kényane.
   Depuis quatre mois déjà, la lionne s’invitait régulièrement dans un quartier adjacent au parc, a raconté l’autorité de gestion des parcs kényans, le Kenya Wildlife Service (KWS), dans un communiqué.
   Depuis autant de temps, les rangers tentaient de la capturer pour lui faire regagner le parc, ou l’envoyer dans une autre réserve. Sept pièges avaient été installés, qu’elle avait toujours réussi à déjouer.
   « Il était difficile de localiser la lionne, » a expliqué KWS. « Mais nous savions qu’elle était (dans les environs) parce qu’elle avait été repérée grâce à des appareils photos cachés par un résident », a-t-il précisé. De nombreux habitants avaient aussi signalé sa présence.
   La lionne et ses quatre petits avaient fini par être localisés mercredi matin. Mais quand une équipe de vétérinaires et de rangers ont tenté de l’attraper jeudi après-midi, la lionne a commencé à charger, et il a fallu l’abattre, a poursuivi KWS.
   « Les quatre lionceaux, en bonne santé, ont pu être secourus et se trouvent à l’orphelinat des animaux de Nairobi, » a assuré le KWS.
   L’organisme de gestion des parcs appelle toutefois la population du quartier à la vigilance, et à lui signaler d’éventuels autres prédateurs rôdeurs.
   Le parc de Nairobi compte une trentaine de lions, a précisé le porte-parole du KWS, Paul Udoto. Et « il est possible que plus d’un lion se soit échappé du parc, » ajoute l’organisme dans son communiqué.
   aud/jpc

Un touriste à Mogadiscio

15 décembre 2010

Un petit interlude cocasse entre deux sujets sérieux, avec cette dépêche de l’AFP sur l’arrivée impromptue d’un touriste à Mogadiscio, capitale d’un pays déchiré par la guerre civile depuis 20 ans. Moi, elle m’a fait beaucoup rire, surtout le passage où l’hurluberlu en question s’étonne qu’il n’y ait pas de ministre du Tourisme  en Somalie ! Enjoy comme on dit en bon français…

Somalie-violences-Canada-tourisme-insolite
   Somalie: un touriste à Mogadiscio, l’immigration n’en croit pas ses yeux
   Par Mustafa HAJI ABDINUR
  
 MOGADISCIO, 10 déc 2010 (AFP) – Un Canadien venu cette semaine « faire du tourisme » à Mogadiscio, théâtre de combats quasi-quotidiens, a plongé les officiers de l’immigration somalienne dans l’expectative, ces derniers estimant qu’il devait être soit fou, soit espion.
   « Ils ont tenté à quatre reprises de me remettre dans l’avion pour se débarrasser de moi mais j’ai protesté et j’ai joué la montre jusqu’à ce que l’avion reparte sans moi », a expliqué Mike Spencer Bown, 41 ans, rencontré par un journaliste de l’AFP sur la terrasse de son hôtel à Mogadiscio.
   Les officiers de l’immigration ont essayé ensuite, sans succès, de le remettre à la Force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), refusant de croire qu’on pouvait venir à Mogadiscio pour le plaisir.
   « Nous n’avons jamais vu quelqu’un comme lui. Il disait être touriste et nous ne pouvions pas le croire. C’est par la suite qu’on a compris qu’il était sérieux », a réagi à l’AFP un employé de l’immigration de l’aéroport international de Mogadiscio, Omar Mohamed.
   « Ça fait de lui la première personne (depuis des décennies) à venir à Mogadiscio en simple touriste mais malheureusement, ce n’est pas le bon moment », a-t-il ajouté.
   M. Bown a consacré l’essentiel des dernières années à voyager, après avoir vendu son affaire en Indonésie, et affirme avoir visité quelque 160 pays.
   « Depuis le jour où j’ai commencé mon périple, je savais que la Somalie était plongée dans la guerre civile mais cela faisait tout de même partie des endroits de la planète que je voulais visiter », a-t-il justifié.
   Mogadiscio est l’une des capitales les plus dangereuses au monde avec des combats à l’artillerie lourde quasi-quotidiens et un étranger ne peut envisager de s’y déplacer sans une lourde et coûteuse escorte armée.
   La Somalie attirait pourtant des touristes avant de plonger dans le chaos après la chute de l’ancien président Mohamed Siad Barré en 1991. Mais l’architecture italienne de Mogadiscio et ses avenues arborées, alors renommées, ont fait place à un champ de ruines.
   « La Somalie est le dernier et le plus dangereux pays de ma liste et maintenant que je suis ici, je suis heureux de l’avoir fait », a ajouté M. Bown, avant de quitter le pays vendredi matin.
   « Même si on m’a dit de ne pas franchir la grille de mon hôtel pour des questions de sécurité, je continue de penser que la Somalie est un endroit intéressant, avec des gens qui ont de l’humour », a poursuivi le routard.
   « Tout ceux que j’ai rencontrés ont rigolé quand ils ont entendu le mot +touriste+ », s’est-il amusé.
   Sa page Facebook le montre d’ores et déjà avec un lance-roquette à la main, sous le titre « Le premier touriste de Mogadiscio ».
   On y trouve également des citations d’Ovide, de T.S Eliot ou encore de Camus, mais aucune référence au site internet de l’ambassade du Canada à Nairobi qui déconseille catégoriquement à ses ressortissants de se rendre en Somalie.
   Seul regret avoué de ce voyageur peu commun, M. Bown aurait voulu rencontrer le ministre du Tourisme somalien pour discuter avec lui de la rareté des informations pratiques ou guides touristiques sur son pays.
   « Mais à ma grande surprise, la Somalie n’a pas de tel ministre dans la liste du gouvernement », a-t-il regretté, promettant de publier sur son site quelques informations à destination de globe-trotteurs désireux de lui emboîter le pas.
   nur-jmm/fal/

Clin d’oeil

25 février 2010

Une peinture murale  cocasse, vue chez un marchand de couleurs de Nairobi. Messieurs, vous voilà prévenus !

Nos aventuriers

24 janvier 2010

Back from Tsavo,  couverts de poussière des pieds à la tête (c’est difficile à voir sur la photo, mais Boris est rentré avec les cheveux ROUX, une curiosité…) Je rassure tout de suite Xavier, cet engin N’EST PAS notre nouvelle voiture, mais un véhicule loué pour l’occasion. Ce qui n’a pas empêché Boris de crever et donc de devoir changer la roue en pleine réserve,  juste après avoir croisé un éléphant fort belliqueux…

Photo mystère

18 novembre 2009

 Mais de quoi s’agit-il ?

Même mort, l’hippo mord encore

28 octobre 2009

Joseph et l'hippo

Un petit souvenir de notre escapade à Crater Lake mis en scène par Boris et son fiston, volontiers blagueurs. Ce que la photo ne montre pas, c’est que Joseph est en appui sur les bras car ce crâne d’hippopotame était exposé sur un petit muret. Et ce qui devait arriver arriva: Joseph a glissé et s’est égratigné le crâne sur l’incisive de la bête. D’où mon titre !

Appellation d’origine incontrôlée

14 septembre 2009

DSC00649

Bonne nouvelle: j’ai trouvé du Brie et du camembert ! Mauvaise nouvelle: ils sont made in Kenya … Je ne sais pas si vous parvenez à déchiffrer les petites inscriptions sur la photo mais sous  « Brie », ils ont eu le culot d’ajouter « the real thing » ! Je n’ai pas osé, préférant me rabattre sur un minuscule camembert Président bien de chez nous (pensai-je alors) qui coûtait deux fois plus cher.  Une fois extrait de sa surprenante boîte de conserve (façon sardines à l’huile), il s’est avéré franchement médiocre. La prochaine fois, je me lance, je teste la production locale !