Archive for the ‘Artisanat’ Category

Cartier libre

2 juin 2011

Bon je vois que le suspense a été de courte durée. Bravo à toutes et tous d’avoir deviné qu’il s’agissait de Jacques Cartier, navigateur, explorateur et malouin cela va sans dire ! Maintenant, il ne me reste plus qu’à expédier un kikoy à La Réunion et un autre à Delhi (ça m’apprendra à faire des promesses inconsidérées…) Bravo à Isabelle et Ariane, qui ont répondu presque aussi vite toutes les deux (et envoyez-moi votre adresse pour que je vous expédie le cadeau) !

PS: Vous êtes plutôt rose tyrien, rouge carmin ou bleu lavande ?

Publicités

Kangas

11 avril 2010

Je vous ai déjà parlé des kikoys, ces tissus rayés multicolores portés par les pêcheurs de Lamu en guise de pagne. Lors de nos dernières vacances, j’ai découvert les kangas, imprimés bariolés aux motifs géométriques ou végétaux. Cette fois ce sont les femmes qui portent ces pièces de coton fin d’un mètre sur 1,50m, comme simples paréos ou cousus en vêtements. Beaucoup de stylistes les utilisent pour créer robes, jupes ou sacs à main. Ils font de magnifiques patchworks. Originaires des bords de l’Océan indien, les kangas sont désormais portés dans tout le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie.

Les kangas s’achètent toujours par paire, pour pouvoir assortir haut et bas. Ils peuvent être noués autour de la taille, enroulés sur la tête ou faire office de porte-bébé dans le dos. Ils sont composés d’une partie centrale entourée d’une bordure d’un autre motif dans les mêmes tons. Charme supplémentaire, ils portent toujours une inscription en swahili, en général un proverbe ou une maxime, le plus souvent édifiants. Petits exemples trouvés sur Wikipédia, à méditer ! (la traduction un peu approximative, réalisée à partir de l’anglais je vous rassure, est de moi)

  • Majivuno hayafai — L’avarice est néfaste
  • Mkipendana mambo huwa sawa — Tout est bien si vous vous aimez les uns les autres
  • Japo sipati tamaa sikati — Même si je ne possède rien, je n’ai pas abandonné mon désir d’obtenir ce que je veux
  • Wazazi ni dhahabu kuwatunza ni thawabu — Les parents sont en or; prendre soin d’eux est une bénédiction
  • Sisi sote abiria dereva ni Mungu — Nous sommes des passagers, Dieu est le conducteur  
  • Mwanamke mazingira tuanataka, usawa, amani, maendelo — Nous (les femmes) voulons l’égalité, la paix et le progrès
  • Naogopa simba na meno yake siogopi mtu kwa maneno yake — Je crains un lion et ses dents puissantes mais pas un homme et ses mots

BizBaz

22 novembre 2009

Le BizBaz (abréviation de Bizarre Bazaar), c’est une institution à Nairobi. Un marché de Noël en plein air, et en pleine nature, où s’exposent chaque année tous les créateurs et marchands d’artisanat (plutôt chic) de la ville. Car, je ne sais pas ce qu’il en est chez vous, mais ici, c’est déjà Noël. Nous avons déjà eu droit aux Christmas Carolls, interprétés par la chorale de l’école, au vin chaud et aux mince pies. Et, ce week-end, c’était donc le BizBaz.

Installé dans le très beau quartier de Karen, on y croise tous les expats et les « White Kenyans » (les descendants des colons britanniques restés au Kenya) de Nairobi. On y mange des saucisses allemandes, des chicken tikkas indiens ou des sushis japonais, le tout arrosé de bière kényane ou de Pim’s (apéritif 100% british). On y a fait un petit tour samedi avec les enfants et on s’est bien amusés. On y a déniché pêle-mêle une couverture de pique-nique en tissu Massaï, un Bakougan (jeu nippon) pour Joseph, un petit panier en kikoï pour Clara et quelques cadeaux de Noël… pour vous (attendez-vous à des cadeaux 100% africains) !. Boris a repéré une demi-pirogue en bois faisant office de cave à vin et moi j’ai rêvé devant un fauteuil suspendu en osier et ses gros coussins, moelleux à souhait (pour ceux qui connaissent la BD, ça m’a rappelé le nid du Marsupilami). 

Le BizBaz, c’est aussi l’occasion de découvrir des créateurs originaux, comme cette entreprise qui crée des jouets multicolores à partir de semelles de tongs recyclées (il fallait y penser !)