Archive for décembre 2012

Bilan 2012

31 décembre 2012

Les statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel de ce blog, merci à eux ! J’en retiens surtout que mes lecteurs sont venus de 116 pays, incroyable !! En dépit de leurs chiffres encourageants, je regrette de vous avoir quelque peu abandonnés ces dernières semaines. Un petit coup de mou, lié à l’idée de notre départ prochain, une certaine lassitude aussi devant une actualité surdominée par les élections à venir, et le déploiement de médiocrité de la part des candidats en lice.

Ma bonne résolution pour 2013 va donc être de me remettre à mon blog et de vous faire part à rebours des événements marquants de ces dernières semaines, en antidatant sans vergogne mes articles en retard. N’hésitez donc pas à rétropédaler pour les découvrir. Merci à tous de continuer à suivre ce blog et de l’enrichir par vos commentaires !

MWAKA MZURI  !!!   TRES BONNE ANNEE A VOUS TOUS !!!

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Vacances à Diani

23 décembre 2012

120

Les vacances de Noël dans les écoles anglaises, c’est long, très long… Du 7 décembre au 7 janvier pour être précise. Il faut occuper les enfants, qui sinon passent leur temps à se battre pour l’ordinateur ou à se taper dessus sans raison précise. Nous nous sommes donc échappés une petite semaine à Diani, une plage idyllique des bords de l’océan indien, au sud du Kenya. Du sable blanc, fin comme de la farine, et une eau turquoise, presque trop chaude à notre arrivée (dans les 30°C…)

On y a nagé (pas mal), mangé (beaucoup), lu (énormément). En vrac: « It’s our turn to eat » (Michaela Wrong), le portrait de John Githongo, un militant anti-corruption qui a fini par fuir le Kenya pour ne pas être assassiné. Un bouquin passionnant mais parfaitement déprimant sur le Kenya contemporain et le degré de pourriture de ses institutions. Et pour se remonter le moral, les manigances politiques et religieuses à la cour d’Henri VIII d’Angleterre (une période qui me fascine), avec le premier tome d’une trilogie d’Hilary Mantel sur Thomas Cromwell (« Wolf Hall », booker prize 2009).

J’attends de récupérer un peu des décapitations en série avant d’attaquer le second tome, « Bring up the bodies » (ça promet), qui – c’est exceptionnel – vient lui aussi de rafler le booker prize 2012. D’ailleurs, dans la série des bouquins-que-j’ai-adoré-cette-année-et que-je recommande-chaleureusement, il y a aussi « House of stone », de Christina Lamb, livre palpitant sur l’invraisemblable auto-destruction du Zimbabwe depuis l’indépendance, à travers les destins parallèles d’une famille de colons et de celle de sa femme de ménage.

Bon et pour vous prouver que je ne suis pas abonnée aux lectures sinistres, j’ai beaucoup beaucoup aimé aussi le délicieux Rosa Candida, d’une auteur islandaise au nom imprononçable, Audur Ava Olafsdottir. J’attends vos coups de coeur de l’année en retour !

Nous voilà rentrés à Nairobi, après dix heures et demie de route (dont quatre heures de pistes et une crevaison…) où Boris a artistiquement navigué entre des camions qui s’obstinent à vouloir se doubler entre eux sur une deux voies très chargée. Nairobi où les averses ne faiblissent pas ces jours-ci en dépit du fait établi que la saison des pluies est théoriquement FINIE depuis mi-décembre. On a frôlé l’inondation du salon…

Alors pour se consoler, on regarde les photos de vacances….

152