Archive for mars 2012

Encore un anniversaire !

27 mars 2012

Après Noé, c’était au tour de Boris de fêter son anniversaire hier. Et pas n’importe lequel.  50 ans ! Pour fêter ça, quelques photos de toutes ses facettes, du papa gâteau à l’explorateur, sans oublier le photographe prêt à braver tous les dangers pour un bon cliché !

 

Du pétrole au Kenya

27 mars 2012

La nouvelle fait la une de tous les journaux kényans ce matin. « Kenya strikes oil », le Kenya a trouvé du pétrole, ou plus exactement la compagnie anglo-irlandaise Tullow Oil a découvert du pétrole au Turkana, cette immense région quasi désertique du nord-ouest du pays, sévèrement frappée par la sécheresse.

C’est le président kényan en personne, Mwai Kibaki, qui l’a annoncé hier.  « C’est le début d’une longue route afin de faire de notre pays un producteur de pétrole, qui prend généralement plus de trois ans ». 

Découverte logique finalement, puisque le pétrole est présent en abondance au Soudan du sud, tout proche, et en Ouganda. Mais découverte qui tardait à venir aux yeux de ceux qui l’espéraient depuis longtemps. Reste à savoir si le gisement repéré sera exploitable commercialement, c’est à dire si qualité et quantité seront au rendez-vous. Il faudra encore plusieurs mois pour le savoir.

Plus fondamentalement, faut-il se réjouir de cette découverte s’interrogent certains quand dans tant d’autres pays africains, l’or noir s’est mué en malédiction ? La réponse tout en finesse de Gado, formidable dessinateur vedette du quotidien « The Nation »:

Ballade…

20 mars 2012

Après ses exploits sportifs, déjà narrés sur le blog « Mêlées dans la baie », j’ai enlevé Joseph pour une petite ballade à Hong Kong. Au programme, marché aux oiseaux, promenade au bord de l’eau, traversée de la baie en ferry et … Mc Do (la destination prioritaire de tous les enfants de l’équipe, sevrés depuis des mois !). Petit résumé en photos parce qu’il est tard et que demain je me lève aux aurores pour visiter Macao !

Image

Ces messieurs sont venus promener leurs oiseaux. Ils les suspendent à la barre prévue à cet effet et papotent pendan que leurs oiseaux, eux aussi, semblent engager une sorte de conversation avec leurs voisins...

Image

Hong Kong

18 mars 2012

Me voici donc à Hong Kong avec Joseph après un long, très long voyage de plus de 13 heures. Mais ça valait la peine…

Venant d’Afrique et de ses immensités planes, on ne pouvait trouver plus dépaysant que cette ville ultramoderne toute en verticales !

Tout en couleurs aussi. Taxis carmins, roses turquoises (!), oiseaux multicolores….

Trois ans déjà !

16 mars 2012

Noé a soufflé ses bougies aujourd’hui, avec un jour d’avance. Nous partons ce soir avec Joseph pour Hong Kong, où il doit participer à un tournoi de rugby. Une belle aventure en perspective, que vous pourrez suivre sur un autre blog créé pour l’occasion: Mêlées dans la baie !

Nouvel attentat à Nairobi

11 mars 2012

Les Kényans payent cher l’intervention de leur armée en Somalie. Six personnes sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche, tuées dans un attentat à la grenade dans une station de bus à Nairobi. C’est le troisième attentat de ce type depuis le lancement de l’offensive kényane en octobre dernier. Les autorités soupçonnent les Shebabs, les islamistes extrémistes somaliens, où leurs sympathisants, d’en être à l’origine.

Nous étions tranquillement en train de prendre l’apéro avec des amis quand Boris a reçu une alerte sur une explosion à Nairobi. Il était de permanence et a donc foncé vers son ordinateur pour voir de quoi il retournait. Pour ceux qui ne connaissent pas bien le fonctionnement d’une agence de presse, c’était un cas d’école.

On sait au départ qu’il y a une explosion mais pas s’il s’agit d’un accident (une canalisation de gaz défectueuse par exemple) ou d’un attentat. De quoi s’agit-il ? Y a-t-il des victimes ? sont les premières questions que l’on se pose. Pour y répondre, il faut rassembler les élements petit à petit, à partir des informations recueillies sur place par le correspondant de l’AFP, des déclarations officielles retransmises par la télévision et même des tweets de la Croix-rouge kényane…

Très vite, il est apparu qu’il s’agissait d’un attentat à la grenade, au scénario très voisin des attentats d’octobre dernier qui avaient fait une victime et de nombreux blessés. Plusieurs grenades ont été lancées de la fenêtre d’une voiture en mouvement vers 19h45, l’heure de pointe à cette station de bus. Un procédé aussi lâche que mortellement efficace. Outre les morts, il y a eu plus de 50 blessés dont une dizaine sont toujours dans un état grave.

C’est terrible à dire mais, cette fois, l’attaque n’a pas surpris. Nous vivons ici depuis des mois dans la crainte d’attentats. Une perspective encore renforcée par la véritable déclaration de guerre des Shebabs au Kenya, en janvier dernier. Les contrôles sont devenus systématiques à l’entrée des centres commerciaux, des bâtiments administratifs, des immeubles du centre-ville. La sécurité des lieux symboliques –  présidence, ministères, casernes, aéroports, ambassades – a été renforcée.

Mais bien sûr la protection des stations de bus empruntées par le commun des mortels ne constitue pas la priorité des autorités kényanes. Les ministres et les députés ne prennent pas le bus… A leur décharge, il faut reconnaître qu’il relève de l’impossible de  tout contrôler. Alors, les terroristes s’engouffrent dans les brêches et la population souffre.

Sex workers en colère (par Boris)

6 mars 2012

Mon métier est quand même formidable. En revenant d’un petit déjeuner de presse sur les fonds d’investissements privés qui jouent désormais l’Afrique de l’Est (enfin, un peu), je tombe en centre ville sur un groupe d’une trentaine de manifestants. Il y en a plusieurs par semaine de ces manifestations, spontanées ou parfois payées par un homme politique pour chanter ses louanges.

Rien de tout cela cette fois-ci puisqu’il s’agissait du « Kenya sex workers alliance ». N’écoutant que ma conscience professionnelle, j’ai immédiatement sauté de ma voiture pour en savoir plus. Ces femmes et hommes masqués — en proportion d’ailleurs égale, dans un pays qui interdit l’homosexualité comme quasiment partout en Afrique — manifestaient pour la reconnaissance de leur profession et leur accès aux soins, notamment face au sida. Car la prostitution est illégale au Kenya, même si la manifestation était tout ce qu’il y a de plus autorisée, et que les jeunes femmes en talons aiguilles ne manquent certainement pas sur les grands boulevards la nuit tombée.

Une manifestation très bien organisée, à l’anglaise, avec sit-in devant la Cour suprême, slogans bien rodés –« Les droits des travailleurs du sexe sont des droits de l’Homme » et une pointe d’humour. Au pays de l’évasion fiscale, le leader du groupe a assuré: « Nous sommes prêts à payer des impôts; nous adorerions le faire si le travail sexuel était légalisé ».

Je n’avais sur moi que mon blackberry, mais je ne vais pas jouer les faux modestes: je n’ai pas été peu fier de voir que deux de mes clichés sont passés sur le fil de l’AFP (dont celui sur ce blog)

Hommage

6 mars 2012

Mon hommage est tardif mais j’ai été très touchée par la disparition récente de plusieurs journalistes. Je ne suis pas une journaliste de guerre, ne le serai sans doute jamais. Ma seule expérience d’un pays en guerre est toute récente, elle remonte à ce saut de puce à Mogadiscio, fin janvier. Trop court pour vivre la peur, mais suffisamment agité pour admirer ces reporters qui, eux, risquent quotidiennement leur vie.

La journaliste américaine Marie Colvin était l’une des plus célèbres correspondantes de guerre. Le visage barré d’un bandeau noir, car elle avait perdu son oeil gauche lors d’un reportage au Sri Lanka, Marie Colvin a été le témoin de tous les grands conflits de ces vingt dernières années. Le 22 février, elle a été tuée dans un bombardement des forces syriennes à Homs, aux côtés du photographe français Rémi Ochlik. Une journaliste du Figaro, Edith Bouvier, grièvement blessée là-bas, vient tout juste d’être rapatriée en France pour y être soignée. En janvier, le journaliste de télévision Gilles Jacquier avait lui aussi trouvé la mort à Homs.

Il faut lire le dernier article de Marie Colvin, publié par le Sunday Times juste après sa mort, reportage bouleversant de sensibilité et d’intelligence. Il faut aussi entendre le discours qu’elle avait prononcé en hommage aux reporters de guerre tombés avant elle. Extrait: « Many of you here must have asked yourselves, or be asking yourselves now, is it worth the cost in lives, heartbreak, loss? Can we really make a difference? I faced that question when I was injured. My answer then, and now, was that it is worth it ».

Et dimanche soir, c’est en Somalie qu’un journaliste a été assassiné. Ali Ahmed Abdi, journaliste de la station privée Radio Galkayo a été abattu de plusieurs balles dans la tête par trois inconnus. C’est le troisième journaliste somalien tué en Somalie depuis le début 2012, après les directeurs de deux radios basées à Mogadiscio, Radio Shabelle et Radio Somaliweyn.

La Somalie est le pays le plus meurtrier d’Afrique (du monde ??) pour la presse. Au moins 25 journalistes y ont trouvé la mort depuis 2007 et beaucoup d’autres ont été blessés, selon Amnesty international. Personne n’a jamais été traduit en justice pour ces crimes.