Voyage de VIP en Somalie

De retour de trois jours et demi à Mogadiscio, où les soldats de l’Union africaine — avec qui notre groupe de journalistes voyageait — ont repoussé depuis un an et demi les insurgés islamistes shebab aux limites de ville. Et si ces derniers privilégient désormais les attentats suicide, la vie a repris un semblant de cours normal dans la capitale somalienne, une carcasse d’immeuble criblée de balles jouxtant les couleurs acidulées d’un marchand de glace…

On croise aussi invariablement les huttes dans lesquelles végètent plus de cent mille réfugiés, qui ont fui la famine et les shebab dans le sud du pays, et pour la plupart peu enclins à rentrer chez eux.

Dans notre convoi de blindés, on avait aussi fait de la place à un invité de marque, auquel j’ai consacré l’article suivant pour l’AFP…                          Boris

   Evgueni Lebedev, patron de presse, fils d’oligarque et reporter de guerre

MOGADISCIO, 16 fév 2012 (AFP) – Parmi les journalistes qui couvrent le conflit en Somalie, celui-là sort du lot: sous son gilet pare-balle, Evgueni Lebedev est aussi fils d’oligarque russe et patron de presse britannique.
   « J’ai simplement pensé que je voulais comprendre et voir par moi-même », explique d’une voix posée ce jeune homme de 31 ans, en contemplant l’océan indien entre les sacs de sable de protection anti-balles de la force de paix africaine en Somalie (Amisom).
   Evgueni Lebedev a passé deux jours à Mogadiscio avec son équipe; il en tirera un ou plusieurs articles à publier, au choix, dans un des deux quotidiens britanniques dont il est propriétaire: The Evening Standard, quotidien populaire londonien acheté en 2009, ou plus probablement The Independent, quotidien national acquis l’année suivante.
   Avant Mogadiscio, M. Lebedev s’est déjà essayé au journalisme en Afghanistan, en passant une journée avec le président Hamid Karzaï en septembre dernier, puis dans les territoires palestiniens en décembre, en compagnie du premier ministre du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh.
   Barbe noire, lunettes noires, casquette et baskets Converse grises, le jeune patron de presse se qualifie d' »envoyé spécial étranger » pour The Independent.
   Un envoyé très spécial à vrai dire, qui reçoit un traitement de VIP à Mogadiscio. Son arrivée est précédée la veille par celle d’une équipe de reconnaissance composée d’un journaliste et d’un responsable de sécurité. Ce dernier interroge avec précision les responsables de l’Amisom sur les risques qu’une mine perfore le véhicule de transport de troupe blindé Casspir dans lequel M. Lebedev doit circuler avec d’autres correspondants, dont ceux de l’AFP.
     Mais si de petits gestes trahissent son habitude d’être obéi sans discussion, l’homme d’affaires russe partage pour le reste le quotidien des autres journalistes à Mogadiscio, du préfabriqué sommaire qui sert de chambre d’hôtel aux plats de nouilles. Simplement un peu à l’écart, sous la vigilance permanente de ses deux agents de sécurité.
   Il reconnaît une prédilection pour les zones de conflit car il estime de son devoir « d’aider à attirer l’attention sur des endroits qui le méritent, en particulier quand de réels progrès s’y passent », comme en Somalie avec l’avancée de l’Amisom et de ses alliés contre les insurgés islamistes shebab.
   De ses voyages, et du travail du photographe réputé John Shand Kydd qui l’accompagne, devraient naître une exposition et un livre.
   Evgueni Lebedev est le fils d’Alexandre, un oligarque russe qui lui aussi détone, ne serait-ce que parce qu’il est copropriétaire de Novaïa Gazeta, journal farouchement indépendant face au pouvoir de Vladimir Poutine, qui a publié les reportages en Tchétchénie de la journaliste d’opposition Anna Politkovskaya.
   Quand cette dernière fut abattue en 2006 — un assassinat toujours non élucidé — Alexandre Lebedev avait offert un million de dollars pour toute personne fournissant des informations sur l’identité de ses meurtriers.
   Comme son père, Evgueni Lebedev ne cache pas son mépris pour les autres oligarques russes. « La Russie est riche de gens intelligents et créatifs de toute sorte, mais malheureusement elle a donné d’elle-même le stéréotype de nouveaux riches brutaux, tout puissants et totalement vulgaires », souffle-t-il.
   Lui-même illustre peut-être une nouvelle génération de l’élite russe. Eduqué autant à Moscou qu’à Londres — où il a étudié l’histoire –, aussi à l’aise en anglais qu’en russe, il dit « avoir eu le grand privilège de bénéficier des deux cultures ».
   Et celui qui n’a certainement manqué de rien dans sa vie avoue une certaine fascination pour les Somaliens, « des gens très intelligents, entreprenants, qui se retrouvent en situation permanente de conflit, privés de tout ce qui paraît aller de soi en Occident ».

Publicités

3 Réponses to “Voyage de VIP en Somalie”

  1. Frédérique Says:

    Etrange ce jeune homme. J’avais lu le papier de Boris sur le fil et je viens de le relire. Et franchement, je ne sais qu’en penser (du jeune Russe, pas de la dépêche de Boris, excellentissime comme d’hab…manque juste une petite comparaison entre Mogadiscio et…Monte Carlo? Macao? Deauville? Au choix).

  2. Alexis.cazin@totsa.com Says:

    Fascinant choc de cultures !

    • boris Says:

      Comme Frédérique, j’ai du mal à me faire une opinion définitive sur cet oligarque hors norme. Mais les faits et les actes parlent en tout cas en sa faveur; aux dernières nouvelles, il devrait aider financièrement les journalistes somaliens indépendants (qui en ont bien besoin et qui sont parmi les plus braves que je connaisse). Alexis, je crois que le personnage t’aurait plu, il incarne en tout cas une autre génération, et cela m’a presque donné un coup de vieux ! merci de vos réponses les amis…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :