A Mogadiscio… ou presque

 
 
Boris s’est s’envolé ce matin pour trois jours à Mogadiscio, la capitale somalienne. Il prépare des articles en prévision de la Conférence internationale sur la Somalie,qui se tiendra à Londres le 23 février. Voici ses premières impressions..
 
L’avion de Africa Express nous lâche sur la piste surchauffée de l’aéroport de Mogadiscio — en cours de réfection grâce à des dons turcs — en compagnie d’une flopée de familles somaliennes, femmes voilées et enfants dans les bras, de plus en plus nombreux à revenir dans la capitale somalienne depuis le départ des islamistes insurgés shebab.

Nous voici enfin à Moga. Enfin presque, parce que mon collègue photographe Tony et moi-même avons passé les huit premières heures dans le compound militaire de la force de l’Union africaine (Amisom), stationnée à l’aéroport. Dans l’indifférence du reste du monde, cette force de soldats ougandais et burundais peut être créditée d’avoir empêché à ce jour les islamistes de prendre le pouvoir à Mogadiscio.  

Pour tenter de se protéger des attentats suicide, la vie s’y déroule derrière de hauts murs de sacs de sable, entre lesquels on aperçoit l’océan indien tout proche. On y loge dans des petits préfabriqués climatisés, on en sort pour aller au resto-bar, géré par la société de sécurité Bancroft. Là, c’est Las Vegas, ou presque: billard, télé cablée, fléchettes. De quoi tromper l’ennui des employés blancs de Bancroft, qui pianotent leur console de jeu de vidéo de guerre, drôle de rappel virtuel de la guerre qui ravage la Somalie depuis vingt ans.

Le soleil cogne toute la journée, mais les soirées sont délicieusement rafraîchies par le vent marin. Les habitués disent qu’on y perd vite la notion des jours. « On sait que c’est dimanche aujourd’hui, parce que le petit déjeuner est à 8h00 et pas à 7h00 comme en semaine », m’explique l’un d’eux, Steve.

Ai rencontré le journaliste local vidéo de l’AFP, un jeune somalien enthousiaste, qui a simplement demandé à s’absenter dans l’après midi « pour aller faire sa prière ».

On sort de cette vie confinée pour faire un tour en ville en blindé. Ce sera mon programme de demain… 

 

Publicités

Une Réponse to “A Mogadiscio… ou presque”

  1. Frédérique Says:

    Supers ces impressions, on sent presque la brûlure du soleil sur le tarmac! (mais visiblement ça fait longtemps que Boris n’a pas mis les pieds à Las Vegas…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :