Jack et les pirates

Non, ce n’est pas le titre d’un nouveau roman d’aventures mais la confirmation du retour aux affaires de Jack Lang. Il a été bombardé voilà un bon mois « Conseiller spécial du secrétaire-général de l’ONU sur les questions juridiques liées à la piraterie ». En d’autres termes, il est chargé de résoudre le casse-tête du jugement et de l’éventuel emprisonnement des pirates présumés, capturés au grand large par les marines étrangères. A cette fin, Jack Lang parcourt les pays concernés depuis plusieurs semaines, et ce mardi, il était à Nairobi.

Un casse-tête car les pays développés qui ont dépêché leurs navire de guerre dans la région n’ont aucune envie de juger et emprisonner des Somaliens qui pourraient avoir la mauvaise idée de vouloir s’incruster une fois leur peine purgée. La Somalie, en pleine guerre civile, étant hors d’état de juger qui que ce soit,  la communauté internationale s’attache donc depuis deux ans à convaincre les pays d’Afrique de l’est et de l’océan indien de se charger du boulot.

C’est le Kenya qui a ouvert la voie. Depuis 18 mois, le pays a accueilli plus d’une centaine de pirates (en instance de jugement ou condamnés) dans sa prison de Shimo la Tewa, à quelques kilomètres au nord de Mombasa. En échange, l’ONU a financé la modernisation de la prison, la création d’un tribunal (sur place) et a apporté des aides au système judiciaire.

De manière assez cocasse, j’en ai vu un petit échantillon en allant interviewer fin septembre le procureur en charge du dossier piraterie. Ses deux secrétaires disposaient d’imprimantes et d’écrans flambant neufs, sur lesquels elles faisaient une réussite quand je suis arrivée. Dans le bureau du procureur trônait une énorme photocopieuse (louée par l’ONU a-t-il tenu à préciser en regrettant visiblement qu’il ne s’agisse que d’un prêt) et un nouveau système d’air conditionné.

Mais ces aides ont été jugées insuffisantes par le gouvernement kényan qui a mis fin aux accords bilatéraux. Depuis début octobre, la situation est obscure. En théorie le Kenya ne devrait plus accepter de réceptionner des pirates présumés mais dans la pratique il continue de le faire, tout en négociant ferme ses nouvelles conditions avec les pays développés.

Lors de son passage à Nairobi, Jack Lang a tenu une conférence de presse (à laquelle j’assistais bien sûr). Il y a rendu un vibrant hommage au Kenya, qui aurais, je cite, « offert au monde l’exemple d’une nation qui lutte avec grand courage contre la piraterie ». Il a aussi insisté sur la nécessité de convaincre d’autres pays de la région. Les Seychelles (qui ont perdu 30% de leurs revenus en raison de la piraterie) ont déjà commencé à juger des pirates présumés. La communauté internationale veut aussi convaincre l’île Maurice et la Tanzanie de se joindre au mouvement. 

Outre le jugement des pirates, la grande question est de savoir où les emprisonner. Aux Seychelles, la capacité de la prison est apparemment de … 40 places ! Quant au Kenya, il ne veut pas de nouveaux prisonniers étrangers dans ses prisons surpeuplées. L’ONU est donc en train de réhabiliter ou de construire des prisons au Puntland et en Somaliland, les deux républiques autonomes auto-proclamées au nord de la Somalie. Il y a du boulot. Pour l’instant les noms des prisonniers sont inscrits à la craie sur une ardoise, nous racontait un représentant de l’ONU. Un coup d’éponge et hop, on est libre !

Mais alors quelles seront les recommandations de Jack Lang ? Mystère. « Je m’exprimerai le moment venu » , c’est à dire à la fin de l’année, s’est-il borné à répondre aux journalistes.

Publicités

3 Réponses to “Jack et les pirates”

  1. claire Says:

    et les riches costauds du coin (Arabie saoudite, Emirats, ou même Ethiopie et Egypte)? ils se sentent concernés par la piraterie ou pas du tout?

    • mariewolfrom Says:

      Je pense qu’ils n’en souffrent pas trop, contrairement au Yemen, riverain du golfe d’Aden, dont les marins sont aussi victimes des pirates. Mais c’est une bonne question, je vais creuser…

  2. yibus Says:

    Merci pour le papier tout journalistique et très intéressant (j’ignorais que Jack Lang revenait aux affaires, il me semblait qu’il était toujours ministre de la culture, non ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :