Petit matin à Naïvasha


Cela se passerait presque de commentaire. Mais non, j’y vais quand même de mon petit mot d’accompagnement. Comme prévu, le week-end dernier, nous sommes partis camper deux nuits avec des amis au bord du lac Naïvasha. En montant la tente (ou plutôt en regardant Boris la monter), j’ai réalisé que cela faisait bien 20 ans que je n’avais pas campé (le climat à Moscou puis Londres n’était il est vrai pas très propice à l’exercice…). Il était donc plus que temps de s’y remettre !

J’ai redécouvert les joies des sardines tordues impossibles à enfoncer, des matelas bien fermes qui vous laissent le dos en compote, des coups de coude des voisins (Boris et Joseph en l’occurence) et des bruits et grognements en tout genre (tout sauf calme la nature, la nuit). Les plus bruyants ? Sans nul doute les hippopotames, qui quittent chaque nuit le lac pour venir brouter l’herbe tendre des berges. Et ils remontent assez haut, non loin des campeurs, sur lesquels veillent les gardes de l’endroit (un hippo peut vous couper en deux d’un coup de machoire aiment à raconter les guides kényans).

Entre cinq et six heures du matin, c’est au tour des oiseaux de saluer la fin de l’obscurité par un concert plus ou moins heureux, selon les espèces. Les aigles pêcheurs poussent des cris de singe, les ibis des gloussements dissonnants qui tiennent à la fois de la mouette et du corbeau. (Mais les ibis méritent un post à eux seuls, texte que je tourne et retourne dans ma tête depuis mon arrivée au Kenya. Je finirai bien par en accoucher).

Définitivement vaincue par les ibis à six heures, j’ai renoncé au moelleux de mon sac de couchage pour pointer le nez dehors. Et là, j’ai remercié in petto tous ces volatiles de m’avoir tirée du lit, car le lever de soleil était magique. Une lumière bleue, des bancs de brume, et, sur le lac, une véritable procession de pélicans aux ailes rosées qui le traversaient paisiblement de part en part en une curieuse migration. Les photos ne rendent que faiblement la beauté du spectacle…




Publicités

3 Réponses to “Petit matin à Naïvasha”

  1. Frédérique Says:

    Si tu trouves que ces photos ne rendent pas justice à la beauté du spectacle, qu’est ce que ça devait être!! (je ne suis pas sûre d’être claire). C’est magnifique!! Avec ton récit, et les photos, on a l’impression d’y être. Et puis on lève les yeux de l’ordinateur, on voit le ciel gris sur la place de la Bourse (alors qu’on est le 8 juin!!) et on revient sur terre.

  2. Claire Says:

    Ah oui c’est magnifique ce matin du monde !!! rien que savoir que ça existe, ça fait du bien..

  3. Lisou Says:

    Ce week-end de camping me fait rêver ! Rien de tel que partir avec la tente pour un dépaysement total. Comment les choses se sont-elles passées pour le petit dernier ? A-t-il piaillé au petit matin avec les ibis ? Les enfants ont souvent tendance à dormir très peu dès qu’ils sont sous la tente…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :