Invictus

J’imagine que vous l’avez déjà vu mais pour nous c’est tout nouveau, le film vient de sortir à Nairobi. Etant de grands fans de Clint Eastwood réalisateur (nous avions notamment adoré, Gran Torino et Sur la Route de Madison), nous nous y sommes précipités Boris et moi. Invictus est un très beau film, un hommage inspiré à Nelson Mandela, qui méritait au moins ça.

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, le film retrace les tous premiers mois de Mandela président et ses tentatives pour réconcilier un pays déchiré. Entre autres symboles d’unité nationale, il parie sur l’équipe de rugby des Springboks, symbole jusque là haï de l’Apartheid (en 95 année où se situe le film, l’équipe ne compte encore qu’un noir). Cette année là, l’Afrique du sud accueille la coupe du monde de rugby et Mandela rêve d’une victoire du drapeau Arc-en-ciel.

Morgan Freeman campe avec génie un Mandela bouleversant de courage et d’humanité. Matt Damon s’en sort bien avec le rôle plus linéaire du capitaine très blanc très blond de l’équipe sud-africaine. On est souvent ému aux larmes, même par des scènes un peu attendues, comme celle où les joueurs initient au rugby les enfants d’un bidonville. Le film a un côté un peu angélique, mais on passe outre pour toutes ses autres qualités, son souffle, son message humaniste.

Le titre est tiré d’un poème victorien de William Ernest Henley, le préféré de Nelson Mandela, qui le lisait et le relisait pendant sa longue détention à Robben Island. Le poète l’a écrit sur son lit d’hôpital, après avoir été amputé du pied. Le titre latin signifie « invaincu ou invincible ».

 

  Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be                   
For my unconquerable soul

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbow’d.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

 

 

Depuis l’obscurité qui m’envahit,
Noire comme le royaume de l’enfer,
Je remercie les dieux quels qu’ils soient
Pour mon âme indomptable.

Dans l’étreinte féroce des circonstances,
Je n’ai ni bronché ni pleuré
Sous les coups de l’adversité.
Mon esprit est ensanglanté mais inflexible.

Au-delà de ce monde de colère et de larmes,
Ne se profile que l’horreur de la nuit.
Et pourtant face à la grande menace
Je me trouve et je reste sans peur.

Peu importe combien le voyage sera dur,
Et combien la liste des châtiments sera lourde,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Publicités

6 Réponses to “Invictus”

  1. Anne B Says:

    Ya pas de mots pour le dire, c’est superbe

  2. Anne B Says:

    je veux dire le poème

  3. frederique Says:

    C’est toi qui a fait la traduction en français? Bravo!

    • mariewolfrom Says:

      Ouh là tu me surestimes Frédérique ! Non, je me suis contentée de choisir ma traduction préférée sur Wikipedia (qui en propose trois différentes !) Mais je suis d’accord avec Anne, il est superbe ce poème.

  4. frederique Says:

    Ton honnêteté te fait honneur…Tu aurais pu laisser planer le doute… Les deux derniers vers sont très connus, me semble-t-il, non? En tout cas, je les ai entendu à plusieurs reprises.
    « Je suis le capitaine de mon âme ». On devrait plus se le répéter lorsqu’on perd pied pour des sottises (des sottises comparé à ce que Mandela a enduré).

  5. sophie Says:

    magnifique ce poème de Henley, cela me rappelle la phrase inscrite à l’entrée du collège « Charles Péguy » :


    Ce qui importe
    C’est d’aller.
    D’aller toujours.

    (Péguy)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :