Archive for septembre 2009

Maison sucrée maison

29 septembre 2009

DSC00740

DSC00735DSC00736La terrasse, encore un peu dégarnie, mais où trône déjà notre table de jardin achetée au bord de la route, sur Ngong Road, la rue des menuisiers. 

Et la vue de notre chambre

DSC00737

Mondialisation

29 septembre 2009

DSC00723

 

 

Petit clin d’oeil à Julie, ma nièce et filleule, partie étudier à Dundee.

Tu vois Julie, à Nairobi on trouve de tout, et même de la marmelade de Dundee (beaucoup plus abordable que le Nutella !)

Internet

28 septembre 2009

Impossible de vous poster de nouvelles photos ce soir, la connection est trop mauvaise. Depuis notre arrivée, je vous écris à l’aide d’une carte 3G, et avec une vitesse de connection très aléatoire (vous mesurez mieux l’exploit j’espère !). Je n’ai jusqu’ici jamais trouvé de wifi qui marche (ni dans les grands hôtel, ni dans notre précédent appartement). Mais dès que la maison sera un peu mieux rangée (et qu’internet fonctionnera à peu près), vous aurez droit à une avalanche de photos de la maison, dans ses moindres recoins. Et que ceux qui s’inquiètent de ne pas avoir vu encore celle de la chambre d’amis se tranquilisent: il y en a bien une, « en suite » comme on dit ici, c’est à dire avec sa salle de bain privée. Ne manque que le lit, mais promis ce n’est qu’une affaire de quelques jours, semaines, mois !

Ibis Valley

27 septembre 2009

Ca y est, nous voici installés chez nous, dans la maison 23 de la résidence Ibis Valley. Les déménageurs sont arrivés vendredi avec notre container, énorme.DSC00726 Il leur a fallu une journée et demie pour tout déballer, avec Boris pour les aider. Avec les enfants nous sommes arrivés samedi à la mi-journée, pour trouver une maison déjà bien installée. Clara et Joseph se sont jetés sur leurs livres, leurs jeux, et moi sur l’aspirateur (il y a de la poussière partout et j’éternue sans discontinuer). Après des petits soucis de mise en route (il n’y avait pas assez d’électricité hier soir pour faire fonctionner ni le frigo ni la cuisinière), tout à l’air de marcher à peu près (touch wood)… Voici une petite photo du salon pour vous donner une idée… en attendant le diaporama, si je trouve enfin comment on fait !

DSC00734

Obama garde un oeil sur le Kenya

25 septembre 2009

Je voulais créer un lien vous permettant de lire une sélection des papiers de Boris. Mais pour l’instant, je n’y arrive pas. Et comme je n’ai pas grand chose à vous raconter ces jours-ci, mis à part que nos meubles sont — à l’heure précise où je vous écris — en train de prendre place dans la maison (et oui tout arrive !), je vous ai fait un bête copié-collé du dernier grand article de mon journaliste préféré.

USA-Kenya-corruption,PREV
   Les Etats-Unis d’Obama tancent le Kenya, ancien « bon élève » africain  (PAPIER GENERAL)
   Par Boris BACHORZ
  
   NAIROBI, 24 sept 2009 (AFP) – Les Etats-Unis ont vertement tancé jeudi le Kenya, pourtant leur allié traditionnel en Afrique et la terre d’origine du président Obama, en menaçant d’interdire de séjour certains dirigeants accusés de freiner les réformes et de fermer les yeux sur une corruption endémique.
   Le gouvernement américain a indiqué avoir envoyé une lettre à 15 responsables kenyans — ministres, parlementaires, hauts fonctionnaires — pour les prévenir qu’ils seraient interdits de séjour aux Etats-Unis, ainsi que leurs proches, « dans les semaines à venir », sauf changement radical d’attitude de leur part.
   « Certaines de ces personnes n’encouragent pas activement les réformes, et parfois s’y opposent même », a accusé l’ambassadeur américain à Nairobi, Michael Ranneberger, devant la presse.
   Le diplomate, qui a refusé de préciser le nom des responsables visés, a ajouté que les Etats-Unis allaient désormais « examiner de plus près toute proposition (d’aide) en faveur du Kenya au sein des institutions financières internationales ».
   L’ambassadeur américain a souligné que ces décisions reflétaient la position personnelle de Barack Obama, dont le père était un Kényan ayant émigré aux Etats-Unis.
   Si le gouvernement kenyan espérait que les origines du président américain lui vaudrait une tendresse particulière, il avait vite déchanté en constatant que Barack Obama l’avait boudé au profit du Ghana, présenté comme le nouveau parangon de bonne gestion en Afrique, pour sa première et brève visite en Afrique en juillet.
   Lors d’une tournée africaine début août, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton avait fait un détour par Nairobi, mais surtout pour y exhorter les responsables de ce pays à s’engager plus sérieusement en faveur des réformes.
   Les Etats-Unis reprochent au gouvernement kényan d’être très loin du compte en matière de lutte contre la corruption et la criminalité, de respect de l’Etat de droit et de poursuites contre les auteurs des violences post-électorales de 2007.
   Un gouvernement de coalition a été péniblement mis en place sous pression internationale après ces violences, suscitées par la réélection contestée du président Mwai Kibaki.
   M. Kibaki avait alors accepté de nommer comme Premier ministre son principal adversaire lors de ce scrutin, Raila Odinga, mais la plupart des réformes alors annoncées sont restées lettre morte, comme par exemple la cruciale question de la répartition des terres.
   « Nous craignons profondément que l’incapacité à mener ces réformes provoque une plus grande instabilité encore à l’approche des élections de 2012 », écrit Johnnie Carson, sous-secrétaire américain pour l’Afrique, dans la lettre envoyée aux responsables kenyans, tandis que le porte-parole du gouvernement à Nairobi dénonçait pour sa part la « diplomatie militante » américaine.
   Au début du mois, Washington s’était déjà associé au concert de protestations suscité par la reconduction par le président Kibaki du chef de la lutte anticorruption, le juge Aaron Ringera, une décision jugée « troublante » « au regard des piètres performances » de l’intéressé.
   La remontrance américaine recouvre une crainte plus générale, celle de voir l’instabilité au Kenya — un pays considéré il y a peu encore comme un des rares pôles de stabilité en Afrique de l’Est — avoir des conséquences négatives pour l’ensemble de la région.
   Le Kenya pourrait notamment devenir un lieu privilégié de blanchiment de l’argent pour les combattants islamistes shebab ou pour les pirates qui sévissent dans la Somalie voisine, selon l’organisation de lutte contre la corruption Transparency International.
   bb/hv/thm

The Hamptons

22 septembre 2009
Au balcon de l'appartement B2, Tamarind Court
Au balcon de l’appartement B2, Tamarind Court

Ca y est, nous avons déménagé. Pas dans notre maison non ça c’est pour samedi SI TOUT VA BIEN, FINGERS CROSSED, INCH’ALLAH etc… Adieu Tamarind Court donc, et bonjour The Hamptons (tout le chic british du nom est dans le The). 

La journée avait pourtant plutôt mal démarré avec, ce matin, un bras de fer musclé avec la propriétaire de l’appartement où nous vivions depuis un mois. Non contente de nous avoir mis dehors malgré la promesse de son mari de prolonger notre bail, la dame renâclait à nous rendre notre caution (de 1.500 euros tout de même). Il a fallu que Boris la harcèle de coups de téléphone, menace de ne pas bouger de l’appartement et enfin d’en appeler à notre ambassade, pour qu’au bout de deux heures de pourparlers elle nous rende enfin notre argent. Le déménagement a donc été un tantinet stressant mais un petit plongeon dans la piscine de notre nouvelle résidence m’a parfaitement détendue. Et heureusement, parce qu’ici non plus tout n’est pas simple. Le wifi promis est d’une lenteur désespérante et si j’ai pu constater avec joie à mon arrivée qu’il y avait de l’électricité, le gaz, lui, faisait défaut. Il a fallu trois coups de fil au manager pour qu’il me déniche une bouteille de gaz à … 9 heures du soir, un peu tard pour préparer le dîner. On s’est consolés autour d’un poulet frites, cuisiné par le service de restauration de la résidence, à la grande joie des enfants !

PS: Pour me venger de notre ancienne propriétaire inédélicate, petite revue de toutes les choses que je ne regretterai pas de son appartement:

Les casseroles sans poignées (et donc moins chères), idéales pour se crâmer les doigts

Les casseroles sans poignées (et donc moins chères), idéales pour se crâmer les doigts

Les kitchissimes sets de table

Les kitchissimes sets de table

Mais aussi…

22 septembre 2009
Le canapé en skaï (et ses fauteuils assortis)

Le canapé en skaï (et ses fauteuils assortis)

Et, last but not least, le fer à repasser vintage

Et, last but not least, le fer à repasser vintage

De meublé en meublé

20 septembre 2009

Petite mauvaise nouvelle: contrairement à ce que nous espérions, nous ne pourrons pas prolonger notre bail d’une semaine. Le mari de notre propriétaire nous avait assuré jeudi qu’il n’y aurait pas de souci pour rester quelques jours de plus dans l’appartement, le temps que notre maison soit prête à accueillir nos meubles. Mais sa femme (très antipathique de l’avis général de Boris et moi même) a trouvé d’autres locataires. Et nous a demandé de quitter les lieux dès mardi, date de l’expiration du bail. Après avoir tenté en vain de négocier un répit, nous avons du nous résoudre à rechercher un nouveau toit pour les quelques jours qui nous séparent de notre déménagement, reporté à vendredi et samedi prochains. Heureusement, après quelques coups de fil, Boris a rapidement trouvé un autre meublé, plus petit et moins proche de l’école, mais doté d’un pressing (fin de la corvée de repassage, youpi !). Demain, on fait les valises !

King of the jungle

19 septembre 2009

Photos Nairobi 218Photos Nairobi 221

Depuis quelques jours, on croise des lions partout dans Nairobi ! Des statues grandeur nature parsèment les trottoirs,  les centres commerciaux.  Décorées par des artistes ou des écoles, elles veulent attirer l’attention des passants sur un phénomène qui préoccupe associations de défense des animaux et amoureux de la nature: la disparition progressive de ces grands félins au Kenya. Le pays ne compte plus que 2.000 lions, contre 30.000 dans les années 1970. Victimes des chasseurs ou des éleveurs qui les empoisonnent pour protéger leurs troupeaux, les lions pourraient disparaître des savanes kenyanes d’ici 2030 si rien n’est fait pour les protéger, selon ces ONG.  Et pour mobiliser la population, chaque statue est accompagnée d’un slogan: « chaque lion rapporte 1.000.000 de shillings (10.000 euros) par an au Kenya » ou « cent lions sont tués chaque année ».

Sisyphe

18 septembre 2009

Vous vous souvenez du mythe ? Petit rappel (merci wikipedia) pour les ignares:  « pour avoir osé défier les dieux, Sisyphe fut condamné à faire rouler200px-Sisyphus_by_von_Stuck éternellement, dans le Tartare, un rocher jusqu’en haut d’une colline dont il redescendait chaque fois avant de parvenir à son sommet ». C’est Homère qui le raconte dans l’Odyssée. Et bien c’est cette fois à Sisyphe que j’ai pensé en inspectant hier le chantier de notre maison. Nous devions théoriquement nous y installer aujourd’hui mais avons du annuler le déménagement en dernière minute. Le parquet n’était pas terminé, ni les peintures, et pour cause: faute de véritable coordination du chantier, les peintres ont éclaboussé le plancher tout juste verni. Il faut donc re-poncer et re-vernir, mais après les dernières retouches de peinture pour ne pas devoir tout recommencer. Manquent également l’évier de la cuisine, porté disparu, et les pommeaux de douche ! Mais bon, hakuna matata, la maison devrait être fin prête dans une semaine, nous a assuré M. Aurelio  Rebelo, notre propriétaire. Il avait l’air si sincèrement navré de ces contretemps à répétition que nous ne nous sommes même pas mis en colère. Et pour se faire pardonner, il nous a promis d’installer un « inverter », système qui permet de maintenir un petit peu d’électricité (tout juste suffisant pour l’éclairage) en cas de coupure.  Car le rationnement continue: dans notre futur quartier de Kileleshwa, les jours sans électricité sont les  lundis, mercredis et vendredis. Mais comme nous demeurons d’un naturel optimiste, aujourd’hui nous avons choisi nos rideaux (en kikoy bien sûr) !